Petite ou grosse… Ça prend une communauté.

Vous vous demandez ce que cela signifie exactement de construire une communauté en ligne?

Laisse-moi t’aider.

Cela m’a clairement frappé quand je suis revenue au centre de ski aujourd’hui après 8 mois de pause (période sans neige là où je vis au Canada).

Suivez-moi…. Accrochez-vous.

C’est un sentiment : le sentiment que tout ce que tu vois, sens, ressens ou entends semble si familier et rassurant.

C’est aussi un sentiment d’appartenance à une famille : ils vous comprennent que vous soyez un skieur/snowboarder endurci ou une mère qui fait le taxi et qui attend dans le chalet de ski pendant 7 heures. (J’adore ce moment où je travaille sur ma biz comme une acharnée).

C’est aussi un code secret de que seuls toi et eux peuvent comprendre : par exemple, tu te prends une petite bière artisanale locale; quand tu as trop froid sur la piste, tu rentres et te prends un p’tit chocolat chaud avec une cerise au marasquin qui pointe au sommet de la montagne de chantilly, et les enfants vont tous manger du poulet pop-corn au déjeuner; tu peux aussi acheter une tasse artisanale signée au nom de la station Crabbe Mountain, si vous êtes assez chanceux.

C’est un lieu où tu te sens coocoonée: tout le monde sourit à tout le monde, dit “bonjour, bonjour, quoi de neuf ?

C’est aussi une machine à cash : vous payez pour l’expérience que vous recherchez, vous obtenez votre passe de saison, vous vous procurez un casier familial ou vous pouvez aussi choisir de venir une fois de temps en temps et dire à vos amis que vous aussi vous faites partie de la grande famille.

Quoi que vous achetiez, vous savez ce que vous obtenez : c’est l’endroit où les gens passionnés de plein air se retrouvent. Votre place est ici. Tu fais partie du branding.

Ils adorent ça. Ça les rend anxieux s’ils manquent un week-end.

Devine quoi ?! Ces facteurs d’appartenance que j’ai listés pour vous sont assez similaires à quoi une communauté en ligne ressemble, ressent, agit etc.

Ils vous découvrent. Vous leur souhaitez la bienvenue. Ils commencent à se sentir membre de la meute, tu leur montres que tu comprends leurs rêves, leurs luttes, comment ils se voient, et tu les encourages à voir encore plus loin, au fil des posts que tu publies sur Facebook ou Instagram. Ensuite, ils achètent un peu, beaucoup et encore. Ils sont devenus tes ambassadeurs.

Vous leur montrez les coulisses de votre entreprise parce que vous savez qu’ils noteront les petits détails qui leur feront dire : oui, c’est moi. Je suis le même. Je suis déjà passé par là. Cette fille parle le même language que moi.

Pensez maintenant à votre domaine d’expertise en tant qu’entrepreneur, petite entreprise ou fondateur d’une organisation : comment pouvez-vous créer ce sentiment, cette ambiance, cette philosophie, ce mouvement, cette CONNEXION avec votre public en fonction de ce qu’il recherche, avant d’acheter quoi que ce soit de vous.

Si vous ne le savez pas, je vous recommanderais 3 choses importantes :

apprendre leur langue : les espionner en ligne, voir comment ils expriment leurs rêves, leur vie quotidienne à leurs amis sur Facebook, ce qu’ils partagent ET emprunter leur langue pour créer le type de messages qu’ils peuvent envisager de lire (ou de regarder) lorsque vous apparaissez dans leur flux.

évitez de montrer ce que les gens font de mal dans votre domaine lorsque vous postez sur les médias sociaux. Si tu veux m’attirer, ne me dis pas que je suis nulle. Peut-être que tu pourrais dire comment éviter quelque chose parce que tu tiens à moi. Inspirez-moi à grandir et à viser plus haut, mieux et fort.

– enfin, si vous avez des gens qui aiment et commentent régulièrement, souvent, vos posts, remerciez-les, puis contactez-les et demandez leur une courte interview. Dites alors que vous voulez apprendre d’eux afin de créer du contenu pour eux sur les médias sociaux.

Peu importe qui vous êtes et ce que vous vendez, considérez votre rôle d’éducateur, vous êtes l’expert dans votre domaine et vous servez et éduquez votre public. Mais demandez-leur d’abord ce qu’ils cherchent.

Maintenant à ton tour ! Quel type de communauté fréquentez-vous en ligne ou – si vous êtes un entrepreneur – aimeriez-vous vous développer en ligne ?

Are you wondering what it means exactly to build a community online?

Let me help you.

It clearly hit me when I came back to the ski hill today after 8 months of pause (period with no snow where I live in Canada).

Follow me… hang on tight.

It’s a feeling: feeling that everything looks, sounds, smells familiar.

It’s also a sense of belonging to a family: they get you whether you’re a hardcore skier/snowboarder or a taxi mum waiting in the ski lodge for 7 hours.

It’s mastering a code that only you and them can understand: for example, you cheer on local craft beer, you stop for hot chocolate when you’re too cold on the slope, and the kids all go for the popcorn chicken at lunch, you can also get a seasonal branded craft mug if you’re lucky enough.

It’s a supporting place: everybody smiles at everybody, says ´hi welcome back, what’s new?´

It’s also a cash machine: you pay for what you get, you get your season pass, you secure a family locker, or you come only once in a while. Whatever you buy, you know what you get: it’s the place where outdoor people hang out. You belong.

They love it. They struggle with FOMO if they miss a weekend.

Guess what?! These triggers I listed for you are quite similar to what an online community looks, feels, acts like.

They discover you. You welcome them. They start to belong because you get them, you understand their dreams, their struggles, how they feel about themselves, and you cheer on them every other post on Facebook or Instagram. Then they buy more from you.

You show them the behind the scene because you know they’ll get the little details that will make say: yes, this is me. I’m the same. I’ve been through this. That gal speaks my language.

Now think about your field of expertise as an entrepreneur, a small business or an organization founder: how can you create this feeling, ambiance, philosophy, CONNECTION with your audience based on what they are looking for, before buying anything from you.

If you don’t know, I would recommend 3 major things:

– learn their language: spy on them online, see how they express their dreams, day-to-day life to their friends on Facebook, what they share AND borrow their language to create the type of posts they may consider reading (or watching) when you show up in their feed.

– avoid showcasing what people do wrong in your field of expertise when you post on social media. If you want to attract me, don’t tell me how I suck. Maybe you could tell how to avoid something because you care for me. Inspire me to grow and shoot for more, better and amazing.

– finally, if you have people who like and comment under your posts regularly, often, thank them, then reach out to them and ask them for a short interview. Tell them you want to learn from them in order to create content for them on social media.

No matter who you are and what you sell, see your role as an educator, you are the expert in your field, and you serve and educate your audience. But first, ask them what they’re looking for.

Now your turn! What type of community do you hang out with online or – if you’re an entrepreneur would you like to grow online?


Lots of social media love, 

Angélique

2 thoughts on “Petite ou grosse… Ça prend une communauté.

  1. Angélique Binet says:

    Now your turn! What type of community do you hang out with online or – if you’re an entrepreneur would you like to grow online?

  2. Angélique Binet says:

    Maintenant à ton tour ! Quel type de communauté fréquentez-vous en ligne ou – si vous êtes un entrepreneur – aimeriez-vous vous développer en ligne ?

Leave a Reply to Angélique Binet Cancel reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.